La toile de Sandro Botticelli : La Naissance de Vénus

Hello ! Bonjour bonjour et bienvenue dans un nouvel épisode de La Toile ! Ça va tout se passe bien dans vos vies ? Vous kiffez le Calendrier de l’Artvent ? Moi je vis ma meilleure vie et j’espère que vous aimez apprendre de belles choses sur l’art avec moi dans le cadre de ce projet. 

Vous l’aurez compris, aujourd’hui c’est encore un article avec la belle, la douce (parfois aussi l’énervée), la talentueuse Anna du blog Art Vulgaris. Et on ne fait pas les choses à moitié puisque nous allons parler de THE TABLEAU les gars.

La Naissance de Vénus, c’est un peu ce qui m’a fait aimer l’art. C’était une toile dans un petit livre d’enfant que j’ai saigné pendant des années, fascinée par la beauté ultime de cette femme nue aux cheveux d’or qui me rendaient dingue d’envie (vous commencez à savoir que Dalida était mon idole capillaire, c’est probablement la faute de Botticelli voilà comme ça c’est dit). Cette Vénus, c’est mon idéal féminin. C’est la douceur, l’apaisement, la beauté pure et simple. Un chef-d’oeuvre. 

Et je suis ravie de vous la faire (re)découvrir aujourd’hui.

L’Oeuvre : La Naissance de Vénus – Sandro Botticelli

La Naissance de Vénus de Sandro Botticelli, réalisée entre 1484 et 1485 (donc pendant la Renaissance Italienne) est une toile utilisant la technique de la tempera maigre – un mélange de gras et de pigments. Ses dimensions sont de 172x278cm et elle est actuellement exposée à la Galerie des offices de Florence (Italie). 

Pour ce qui est de la composition du tableau, il représente à gauche le dieu Zéphyr (dieu du vent) dans un manteau bleu, accompagné d’une femme qui semble incarner une sorte de brise printanière (pourquoi pas après tout). Au centre de la toile, la déesse Vénus sort de l’eau, debout dans un gros coquillage (une conque, pour ceux qui veulent briller en société), nue et pudique. Ses cheveux sont canons (ça c’est juste mon avis). A droite, une Heure (une des filles de Zeus sensée représenter la division du temps – donc en gros les saisons et ici le printemps), lui tend un voile pour couvrir sa nudité.

Le vent, l’atmosphère printanière, les personnages flottant et les cheveux de la Vénus ondulant donnent un ton de légèreté à l’ensemble de l’oeuvre, apaisante et calme, telle un songe rempli de poésie. D’ailleurs, la Vénus semble émerger d’un long sommeil (perso je sais pas vous mais moi le dimanche, après une bonne grasse mat’, je suis loin de ressembler à ça, mais passons). Son regard est vague, engourdi. Sa posture est également intéressante à analyser : on dit qu’elle est en contrapposto (donc littéralement opposé en italien), qui est très typique des sculptures de la Grèce Antique où ses hanches sont positionnées dans un sens contraire à ses épaules.

La nudité étant à l’époque originellement réservée en peinture aux représentations religieuses, cette Vénus vient bouleverser les conventions, c’est une véritable première dans l’art – bon après ça reste une Vénus hein, pas une prostituée comme Olympia, on est au XVème siècle les mecs, faut y aller petit à petit.

La modèle ayant servi pour incarner Vénus s’appelle Simonetta Vespucci, considérée entre autre comme la plus belle femme de son époque (c’est hyper stylé). Mais elle va mourir d’une pneumonie à 23 ans (c’est moins stylé) et donc toutes ses représentations par Botticelli seront posthumes (c’est un peu effrayant quand on y pense). Concernant l’inspiration de la scène représentée, elle viendrait, d’après Aby Warburg (là vous vous dites, c’est qui ce mec inconnu ? eh bah c’est un historien de l’art qui a GROSSO MODO posé les bases de l’iconologie), d’un poème d’Ange Politien (un mec humaniste de la Renaissance) :

« Dans l’Égée tempétueux, dans le sein de Thétys,

(…) et née dedans, avec un air charmant et joyeux,

une damoiselle plus qu’humaine de visage,

par des Zéphyrs lascifs poussée vers le rivage,

aller sur un coquillage, et il semble que le ciel en jouisse,

(…) On aurait pu jurer que de l’onde jaillissait

la déesse, pressant de la main droite, sa chevelure,

que de l’autre main son tendre fruit elle recouvrait ; (…) »

— Ange Politien, Stances3

Y’a pas à dire, ça tue grave.

Mais pour comprendre un peu mieux d’où sort un pareil chef-d’oeuvre, il est important d’en étudier son auteur. Et pour ce faire, je vais laisser la professeure Anna vous dévoiler un peu QUI était Sandro Botticelli.

Sandro Botticelli, c’est qui ?

Alooooooors. Botti est né à Florence en 1445 et décédé au même endroit en 1510. Il est un peintre représentatif de la Renaissance Italienne. Il a 7 ans de différence avec Léonard de Vinci, donc autant vous dire que l’époque est prolifique. La famille de Botticelli est plutôt modeste, mais Sandro aura tout de même accès à une formation d’orfèvre, qui s’appelait d’ailleurs Botticello, d’où le nom de Sandro, car à l’époque, ça se passe comme ça. 

Vers ses 20 ans, Botti est placé dans l’atelier d’un artiste florentin : Fra Filippo Lippi. Ce dernier bosse pour les Médicis, donc autant vous dire que ça envoie du lourd. 

A 25 ans, Sandy est au top de sa forme artistique et ouvre son propre atelier, en 1470. Sandy travaille aussi pour les Médicis – ce sont des gens qui ont du goût – et vit donc plutôt bien, puisqu’il reçoit beaucoup de commandes.

Le pape Sixte IV lui demande même de venir décorer la chapelle Sixtine. Sandy déménage donc à Rome. Cette collaboration donnera naissance à 3 fresques de grande envergure, absolument magnifiques. 

Puis Sandy retourne à Florence, pour re-bosser pour les Médicis. 

Bref, Sandy peint peint peint, pendant la Renaissance Italienne, avec les Médicis. Il envoie du lourd.

Ce qu’on aime dans cette toile

L’avis de Pepper

Je vais éviter de me répéter, alors je dirais simplement que j’aime cette toile depuis toujours, et que je l’aimerai toujours. Je ne m’en lasserai jamais. Je rêve profondément d’avoir l’occasion d’aller la contempler de mes yeux à Florence et je suis heureuse de voir que de telles beautés existent sur cette Terre, malgré notre fragilité de petites fourmis infiniment minables, perdues dans l’univers. Pour cette toile, un grand merci à l’art, à la peinture et un énorme big up à Sandro, le meilleur. Peace.

L’avis d’Anna

C’est toujours agréable de savoir que nous sommes des fourmis minables et perdues dans l’univers. Après, ce n’est pas non plus totalement faux. 

La Naissance de Vénus, c’est un tableau qui existe avant même de l’avoir vu. Un peu comme la Joconde. On ne sait pas forcément qui en est l’auteur, mais on sait que c’est une pièce importante de l’histoire de l’art. 

A l’époque, le tableau a fait pas mal de bruit car la Vénus est nue, et ai XVè siècle, ce n’est pas ce qui se faisait le plus. Je ne vais pas m’étendre sur le fait que ce tableau est magnifique blablabla. 

Un petit point perspective néanmoins : La perspective n’est pas follement réussie, car à la base, Sandy est orfèvre, donc la précision des traits c’est pas forcément sa spécialité. D’autre part, ce tableau n’a pas pour but de mettre en avant le paysage, mais plutôt les personnages. 

Et dernièrement, on est en pleine Renaissance Italienne, donc les perspectives ce n’est pas encore maîtrisé à toute berzingue. 

Voilà.

***

C’était le dernier article de La Toile écrit avec Anna, j’espère sincèrement qu’il vous aura plu et que vous aurez aimé nous voir écrire sur l’art ensemble. Moi, j’ai adoré. Et croyez pas que ça sera la dernière fois les petits potes, sinon vous vous fourrez clairement le doigt dans l’œil (après je juge pas, y’en a qui aiment probablement ça). En attendant, vous pouvez suivre Anna sur son blog Art Vulgaris et sur instagram @artvugaris. En ce qui me concerne, je vous encourage vivement de la remercier pour son aide en commentaires, et à me rejoindre sur Instagram pour découvrir la suite de nos folles aventures @pepperdwyer.

A demain pour un nouvel article !

Pepper.

6 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.