Passer au seconde main : une alternative dans la mode – avec La Fripe Française

Une nouvelle rencontre s’ajoute au palmarès de cet été ! Allez-y, faites une standing ovation, je vous regarde. Mais si je vous jure ça fait du bien et c’est même bon pour la circulation sanguine.

J’ai une relation très complexe avec le milieu vestimentaire. En termes de shopping, je suis passée par toutes les périodes possibles, allant de la consommation compulsive (notamment dû à mon adolescence assez naze et d’un voyage aux Etats-Uni), au rejet total de l’idée même d’entrer dans un magasin de vêtements (ça c’était la réaction post USA qui, même si c’est un beau pays, déconne vraiment niveau surconso’). C’est durant mon expérience de vie seule à Londres que j’ai compris que mon juste milieu était l’achat raisonné en fripes. En disant raisonné, j’entends l’achat de vêtements de qualité, de luxe, durables au possible, mais en seconde main. C’est en faisant quelques recherches dans l’écriture de l’article 5 raisons d’adopter la mode seconde main que j’ai donc découvert La Fripe Française, une petite marque présente sur Vinted et dont la cause incarne le business model (ouais je suis en école de commerce et j’aime bien utiliser le mot business model donc asseyez-vous et concentrez-vous). Je me suis dit que leur concept de revente de vêtements de seconde main pourrait être un bon exemple à suivre quand on sait qu’on va tous finir noyés à cause de la fonte des glaces et qu’on a besoin de gens qui font changer les choses.

Sans transition, je vous laisse apprécier la compagnie de Camille et Ellynn, qui sont les deux fondatrices de La Fripe Française. Bonne lecture !

Camille et Ellynn

~ Présentation

PEPPER : Comment présenteriez-vous La Fripe Française à quelqu’un qui n’en aurait jamais entendu parler ?

ELLYNN & CAMILLE : La Fripe Française, c’est une marque de prêt à porter qui prône une économie circulaire en proposant des collections basées sur le vintage. L’idée est de sensibiliser les femmes à une mode plus responsable, sans renoncer au style. 

Comment est née l’idée de fonder La Fripe Française ? 

Nous nous sommes rencontrées au travail et ça a tout de suite matché ! Nous partageons un intérêt commun pour la « chine » – ce qui signifie simplement errer à la recherche d’occasions dans les lieux tels que les brocantes, antiquaires, marchés aux puces (n.d. Pepper). Nous aimons dénicher de jolis objets, des vêtements d’autrefois. 

De mon côté (Ellynn) j’ai toujours eu l’envie de créer une entreprise de prêt à porter, La Fripe Française s’est présentée comme une opportunité et à deux, on va toujours plus loin ! 

Vous travaillez directement avec la plateforme Vinted pour proposer vos produits. Comment cela s’est-il mit en place et pourquoi Vinted ?   

Nous avons pour projet de développer un site web mais nous ne voulions pas que cela serve de prétexte pour reculer la mise en place du projet. Vinted est une plateforme qui touche énormément de gens, et qui nous permet de gagner en visibilité. Cela reste toutefois une solution de court terme car nous aimerions développer notre site en propre.

  « Nous souhaitons sensibiliser les personnes qui n’ont pas l’habitude d’aller vers le vintage, par habitude ou réticence. »

Comment fonctionne exactement votre modèle économique ?

Nous achetons des vêtements vintage. Nous nous interdisons pour l’instant d’acheter des vêtements trop récents car pour nous, le vintage a fait ses preuves en termes de qualité et de durabilité, puisque les vêtements ont traversé les décennies.

Nous réalisons une marge sur les produits, et cette marge est, pour le moment, complètement réinvestie dans le développement de la marque. 

Nous avons toutes deux un job à côté, car nous ne pouvons prétendre de vivre de La Fripe Française pour l’instant. 

Où trouvez-vous les habits que vous revendez sur votre page ?

Nous chinons principalement sur les brocantes mais il nous arrive également de chiner sur des sites de seconde main ou en ventes au kilo. Certaines de nos trouvailles sont transformées pour proposer de nouveaux produits.

~ Proposer une alternative

Le seconde main est une tendance de consommation qui connait de plus en plus de succès et surtout dans le monde de la mode, qui a toujours été très controversé. Quel message souhaitez vous transmettre en priorité ?

Nous souhaitons sensibiliser les personnes qui n’ont pas l’habitude d’aller vers le vintage, par habitude ou réticence. 

Notre but est de montrer au travers de notre marque, que le vintage n’est pas réservé à une élite de consommateurs « stylés ». Il peut être appréhendé par tout le monde. 

« Aujourd’hui l’économie circulaire n’est plus qu’une simple option […] il y a beaucoup de trop de gâchis et cela n’est plus acceptable. »

Pourquoi avoir choisi de proposer du prêt-à-porter, de seconde main en particulier et pas une autre catégorie de produits ? 

Nous avons souhaité développer une marque pérenne qui réponde aux impératifs du monde de demain. 

De mon côté (Ellynn), j’avais l’idée de développer une marque de prêt à porter proposant des essentiels qui durent dans le temps. Avec la montée de l’économie circulaire et notre goût partagé avec Camille, pour les brocantes et le fait de chiner, proposer une marque vintage s’est présenté comme une opportunité. 

A quel point êtes-vous investies dans la transformation du vêtement que vous achetez dans le but de le revendre ?

C’est là toute la force de notre binôme. Camille est Modéliste de profession, c’est donc elle qui retouche les vêtements et qui s’assure qu’ils soient en parfait état pour être revendus aux clientes. Évidemment, ce ne sont pas des produits neufs, donc certains ont parfois la marque du temps mais c’est ce qui peut être joli. Un jean un peu usé, une couleur passée qui s’adoucit. 

Toutefois lorsqu’un produit est abîmé, nous cherchons à en faire autre chose. D’une autre manière, si la coupe ne nous semble pas assez moderne pour être portée, nous la modifions.

Pourquoi consommer différemment nos vêtements est-il important selon vous ?

Aujourd’hui l’économie circulaire n’est plus qu’une simple option, surtout quand il s’agit du prêt à porter. C’est une industrie extrêmement polluante, les marques ont tout intérêt à se remettre en question et c’est ce qui est justement en train de se passer. 

Il y a beaucoup de trop de gâchis et cela n’est plus acceptable. 

Le principe de proposer des pièces « uniques » est-il selon vous un facteur clé de La Fripe Française ? 

C’est à la fois une limite et une force. Une force car aujourd’hui, les gens ont besoin d’expérience (nous sommes de moins en moins dans une consommation de masse), et une limite car cela peut créer de la frustration auprès des clientes. 

Vous ne proposez pour l’instant que du prêt-à-porter féminin et dans des tailles classiques (S,M,L). Pensez-vous vous ouvrir sur des produits grandes tailles prochainement ?

Nous avons en réalité beaucoup de produits en taille XL, 42/44/46. Nous ne souhaitons absolument pas être élitistes à ce niveau et nous avons la volonté d’habiller toutes les femmes. Nous sommes d’ailleurs en train de chercher des mannequins pour pouvoir prendre en photo les produits « grandes tailles » portés. 

Nous ne nous interdisons pas d’acheter un vêtement à cause de sa taille et malheureusement, nous trouvons bien souvent de petites tailles, mais cela dépend de nos trouvailles. 

Comment vous voyez-vous évoluer dans les années à venir ? (cette question fait très « entretien école de commerce »… c’est tragique) 

Ahaha question classique  ! 

Nous aimerions pouvoir faire évoluer le concept. Notre principal projet est de créer une collection capsule à partir de tissus recyclés. Beaucoup le font déjà mais nous cherchons à nous réapproprier le concept avec une idée singulière de la mode. Nous vous en dirons plus quand le projet sera lancé.

~ Petites questions bonus

Qu’est ce qui vous inspire au quotidien ? 

Nous avons toutes deux des inspirations assez différentes. Mais de manière générale, il s’agit de s’inspirer de tout ce qui nous entoure. La créativité est partout autour de nous : dans les endroits que nous fréquentons, les amis que l’ont côtoie, les plats que nous mangeons… tous les univers sont connectés et l’inspiration peut venir de n’importe tout. Cela dépend de la posture que l’on prend face au quotidien.  

Y a-t-il un événement culturel (un livre, un artiste, un projet…) qui vous a plu récemment et que vous souhaiteriez partager ?

La Fripe Française nous permet de faire de belles rencontres : Il y a peu nous avons rencontré les créateurs de la société Good Fabric, qui accompagne et propose des solutions de production éco-responsable aux entreprises de prêt-à-porter. Dans le futur, nous aimerions beaucoup travailler avec eux. 

Pour en savoir plus nous vous invitions vraiment à aller visiter leur site, rien de tel que de les entendre parler de leur projet !

***

Si cet article t’a plu, tu peux le dire déjà. Si jamais tu souhaites en savoir plus, tu peux retrouver La Fripe Française sur @fripefrancaise ou encore sur leur page Vinted ou même Facebook pour suivre les prochaines tenues à mettre dans ta valise avant de partir au soleil te dorer le postérieur.

Encore un grand merci à Camille et Ellynn pour leur temps et leur participation ! Et à très vite pour de nouvelles rencontres !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.