Comment se mettre au sport ? x @lecoindelodie

On connaît tous quelqu’un qui fait du sport depuis toujours, qui a un cul en béton armé et qui te regarde manger ton éclair au chocolat, en boule sur ton canapé, en disant « non mais le sport c’est vraiment important tu sais, il FAUT que tu en fasses. ».

Alors très bien, tu te dis qu’il faut que tu t’y mettes. Mais comment faire ? Payer un abonnement à la salle pour ne jamais y aller ? Aller courir seule ? Oui mais bon…courir c’est fatiguant et puis le regard des autres qui t’observent suer de la tête aux pieds en soufflant comme un bœuf ce n’est pas le meilleur moyen de remonter sa self-estime de battante.

Inutile de vous parler de l’erreur qu’on fait régulièrement, nous tous autant que nous sommes. Mais si, vous savez bien, le fait de passer de « sport 0 » à « JE COURS TROIS FOIS PAR SEMAINE DU JOUR AU LENDEMAIN ET J’Y CROIS ». Sauf qu’on l’a tous expérimenté au moins une fois, et en général, on ne tient pas plus d’un mois cette nouvelle résolution.

Cela fait quelques années maintenant que je suis la douce et adorable Elodie de la chaîne Lecoindelodie sur Youtube. Depuis environ deux ans, elle s’est mise à poster de plus en plus de contenu en rapport avec le sport et j’ai eu envie de la rencontrer pour discuter avec elle de ce que cela lui apporte au quotidien, comment elle organise sa routine, pourquoi elle le fait et quelles conclusions elle en tire depuis tout ce temps. En effet, je dis souvent qu’au lieu de vouloir se jeter dans le ravin pour vaincre son vertige, il faut y aller pas à pas en commençant d’abord par enjamber le caniveau. Elodie représente cet entre-deux qui peut vous inspirer, vous motiver, sans vous faire culpabiliser ni vous sentir nul(le) parce que vous ne courez que 15 minutes avant de cracher vos poumons.

C’est donc dans un petit café du XVème arrondissement parisien que nous nous retrouvons pour un thé à la menthe fraîche (avec beaucoup de feuilles s’il vous plaît) et une discussion pleine de richesse.

Comment tu fais, toi ?

Tout d’abord, nous commençons à discuter de la façon dont Elodie fait du sport, si elle a une « routine ». Elle me raconte qu’elle a commencé avec Nike qui propose des programmes de running réservés à des petits groupes d’influenceurs, notamment avec le collectif #LBES (La Bande en Sneakers) et que depuis, elle continue régulièrement à pratiquer avec la marque. Si elle devait résumer son mode de fonctionnement, elle le définirait comme « décousu mais de plus en plus approfondi ». Grâce à Nike, elle a déjà fait deux courses de 10km à Paris et à Copenhague et continue plus ou moins régulièrement, en se fixant de nouveaux objectifs comme par exemple préparer le semi-marathon ou bien ajouter à la course une autre discipline.

Récemment, elle a souscrit au programme Nike Training qui lui est accessible, où elle alterne entre deux runs par semaine (mardi soir et jeudi midi) et un cours de yoga « hip-hop » intense le lundi soir (elle vous recommande d’ailleurs sa professeure, Clothilde Chaumet). Quand elle ne travaille pas avec Nike, Elodie va dans des salles qui proposent des espaces réservés aux femmes, pour plus de tranquillité. Note personnelle, j’ignorais que cela existait, je vous recommande vivement de regarder sur internet si des salles près de chez vous le proposent !

A un moment se pose la question du « tu penses que c’est mieux de prendre un abonnement à la salle et pouvoir y aller de façon ultra-flexible ou bien de payer un coach qui te structurera plus, mais qui ne sera pas accessible 24/24h ? ». Elle me répond que tout dépend de l’objectif que l’on s’est fixé, qu’un coach c’est bien parce qu’effectivement, cela te structure en plus d’offrir un service très personnalisé avec un suivi professionnel de ta performance, mais que cela implique d’y mettre le prix…

Le plus important dans sa manière de faire du sport, c’est surtout de ne pas en venir à culpabiliser si le rythme que l’on s’est fixé au départ n’est pas tenu ! Le principal est de localiser la période où l’excitation du début aura commencé et qu’il faut se forcer pour continuer. Une fois ce moment difficile surmonté, il est beaucoup plus facile de commencer à vraiment se faire plaisir. Ce qui vient au second sujet de notre discussion : « Elodie, pourquoi tu fais du sport ? ».

Au fond, pourquoi ?

C’est tout le problème, finalement. Pourquoi faisons-nous du sport ? Pour poster notre performance sur les réseaux sociaux et satisfaire son ego ? Pour perdre du poids ? Pour se muscler ? Elodie, elle, fait du sport pour décompresser et gérer ses émotions parfois surchargées. Etant moi-même soumise au stress, je comprends ce qu’elle veut dire car c’est en période de tensions que j’ai besoin d’évacuer la pression, d’utiliser le sport (souvent grâce au yoga) comme exutoire et pouvoir me vider la tête.

Et cette motivation est forcément bénéfique car en plus de permettre une régulation, le sport devient de plus en plus addictif, aussi bien parce que tu commences à prendre conscience que tu progresses, que ta mentalité évolue que parce que tu veux revoir les gens avec qui tu t’entraînes. Pour Elodie, faire du sport c’est aussi avoir un bien meilleur sommeil, structurer son quotidien en se donnant une raison de se lever le matin et de connaître son corps, s’avoir l’accepter tel qu’il est et surtout accepter ses limites. Cela lui permet de se donner des objectifs sans pour autant culpabiliser ou en faire quelque chose d’obsessionnel. A un moment elle me regarde et me dit : « Tu sais, même si tu ne cours qu’un kilomètre, ça fera 1km de plus que par rapport à la toi qui n’a pas couru du tout ! ». MERCI.

Le sport pour te définir

Alors, une fois qu’on a identifié la raison qui nous pousse à nous y mettre pour de bon et qu’on commence à pratiquer de la manière qui nous correspond le mieux, l’important est de faire des bilans.

Elodie retient surtout que pour elle, la révélation a été de faire du sport collectivement. Elle adore ça et ça la motive pour se mettre en route. Elle nous recommande chaudement de pouvoir le faire en salle car cela permet en général de choisir une activité et de pouvoir demander un bilan pour savoir d’où l’on part et où on veut aller. Elle ajoute qu’ensemble, il est plus facile de se donner des challenges communs, comme par exemple courir 7/8km en moyenne une ou deux fois par semaine, au début.

Autre aspect très important qui peut aider à la pratique sportive, c’est d’améliorer tout ce qui gravite autour de cette pratique. Que ce soit les gens que l’on fréquente, le fait du fumer,de trop boire, ce que l’on mange, l’organisation et la gestion de notre temps,notre mental. Tout compte, et cette interdépendance de ce que nous sommes est un outil précieux pour se construire pleinement et comme on le souhaite réellement en tant que personne.

Enfin, il est important de noter que d’un point de vue spirituel, le sport est indispensable car il nous apprend à s’ouvrir au monde et à ce qui nous entoure. Prendre conscience de ses énergies, du fait qu’on n’y soit pas soumis mais qu’au contraire, il est possible de les contrôler pour se canaliser et influer sur son bien-être aussi bien physique que psychologique est primordial pour renforcer notre indépendance.  Prendre pleinement possession de soi-même, c’est réduire son stress, pouvoir se sentir plus libre et plus heureux au jour le jour.

Le sport et Youtube

Pour terminer cet article, je voudrais revenir sur un point très important selon moi que nous avons pu aborder lors de notre échange. En effet, en parlant avec Elodie, je me suis vraiment rendu compte d’à quel point elle avait des choses à partager dans ce domaine qu’est le sport mais que, parallèlement, une frontière existe entre ce qu’elle fait en tant qu’influenceuse et sa communauté, dispensée des égards des marques. Montrer ce qu’elle fait d’un point de vue sportif est important pour elle. Cela fait partie de sa vie, et comme tout être humain, de satisfaire son ego.J’ai trouvé très intéressant son idée de se « valider » en partageant ses performances, ce qu’elle fait au quotidien aussi pour elle-même que pour donner envie aux autres de faire quelque chose de bon et de positif. Mais paradoxalement, le rôle de l’influenceuse est assez complexe à porter : d’un côté, elle fait du sport avec Nike en cercle privé avec un grand nombre d’avantages qui lui sont précieux… de l’autre, elle trouve du coup difficile de communiquer dessus auprès de sa communauté car elle a peur de valoriser quelque chose d’inatteignable et de démotiver ses abonnés en exposant son côté « privilégié ».Est-elle légitime dans son envie de parler de solutions sportives ? A vous de le lui dire !

Vous aussi vous désirez partager votre opinion ? Votre avis est précieux et si le sujet vous plaît, je serais ravie d’écrire d’autres articles de cette thématique !

Encore un très grand merci à Elodie pour son temps et sa bienveillance à mon égard. Si vous désirez la suivre (et je vous le recommande vivement) vous pouvez jeter un coup d’œil sur les liens suivants :

Quant à moi il ne me suffit plus qu’à vous souhaiter un bon weekend et de vous dire à la semaine prochaine !

Bise digitalisée

Pepper.

Crédit photo : @calquebleu

2 commentaires

Répondre à Pepper Dwyer Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.